La planète crowdfunding : quoi de neuf en Belgique ?

1819.brussels

Le crowdfunding connait une forte croissance au niveau mondial et cela fait souffler un vent de fraicheur sur le climat pas toujours rose du financement des PMEs. En effet, de plus en plus d’entrepreneurs dans le monde ont recours à cette technique de financement participatif pour financer leur projet. C’est le cas également en Belgique, même si le crowdfunding n’en est chez nous qu’à ses balbutiements. 

Des modèles différents à ne pas confondre

Le Crowdfunding, littéralement financement par la « foule », représente une solution alternative pour le financement  de projets de natures très diverses, dont de projets entrepreneuriaux.

Dans la plupart des cas, c’est l’association d’un grand nombre de personnes investissant un petit montant qui permettent aux porteurs de projets de trouver les fonds demandés.

Pour éviter certaines confusions, il est important de rappeler qu’il y 4 grandes catégories de solution de Crowdfunding (4 modèles) :

  1. Equity Crowdfunding (capital) : où le public devient actionnaire de la société : il détient des parts sociales (actions) en échange des fonds investis.
    En Belgique, le leader en matière d’equity crowdfunding est  MyMicroInvest.  Via cette plateforme, le public a investi 1.050.000€ dans 12 projets en 2014. Les professionnels quant à eux ont investi  2.775.000€.

  2. Lending Crowdfunding (dette) : où le public devient créancier de la société : il détient des titres de dette en échange des fonds prêtés, la société devant rembourser ces fonds et à priori payer un intérêt sur ceux-ci.
    En Belgique, Look & Fin est la plateforme leader de ce modèle de crowdfunding avec 1.350.000 € prêtés en 2014 à 10 projets.

  3. Reward Crowdfunding (contreparties diverses) : où le public apporte des fonds à un projet en échange de diverses formes de contreparties (non financières) ; le pré-achat d’un bien ou d’un service lié au projet est une option classique. La plupart des plateformes belges fonctionnent suivant ce principe.

    La plateforme française Kiss Kiss Bank Bank, également active en Belgique, est leader de notre marché pour le reward crowdfunding. L’ensemble des projets présentés sur cette plateforme ont récoltés 14.485.000€ en 2014. NB : pas d’information disponible spécifiquement pour la Belgique (!)

  4. Donation Crowdfunding (don) : où le public donne des fonds à un projet sans aucune forme de contrepartie.

Les quatre modèles ci-dessus se différencient fortement entre eux ce qui concerne notamment les impacts pour le porteur du projet en termes stratégiques, légaux, fiscaux ou encore comptables.

Les plateformes proposant les deux premiers modèles sont soumises à des règles légales nationales beaucoup plus strictes, ceci entrainant notamment une plus grande difficulté d’action au-delà de leurs frontières nationales.

Outre les leaders du marché belge cités ci-dessus, les investisseurs belges ont l’embarras du choix au niveau des plateformes : Ulule, Indiegogo, Bolero, Appsfunder, Crofun, Angel.me, Growfunding, etc
NB : même si partie de ces plateformes n’ont pas encore réellement un volume d’activité substantiel

A noter que le recours à la plateforme américaine, Kickstarter, LA référence mondiale en matière de crowdfunding, est possible pour des projets belges, mais sous certaines conditions.

Quelques chiffres parlants

Selon l’étude effectué par KPMG fin 2014 sur le crowdfunding en Belgique, le nombre de transactions et le montant des fonds levés est en croissance, même si proportionnellement bien inférieurs aux marchés limitrophes :

  • Augmentation de 80% par rapport à l’année 2013 : plus de 2 millions d’euros ont été dépensés.

 graph kpmg funds raised by crowdfunding

 

  • Les modèles de crowdfunding se trouvent en équilibre.

    Dans le montant recueilli en 2014, 29 % étaient tournés vers les actions, 33 % vers les dons & reward et 38 % vers le prêt. Au sein de ces trois modèles, une nette différence est constatée dans l’investissement moyen : pour les dons & reward, il est faible (90 euros en moyenne), pour le prêt et les actions, les montants sont plus élevés (de 600 à 2000 euros en moyenne).

  • Les projets commerciaux tirent le meilleur parti des ressources de crowdfunding (85%)

  • crowdfunding raised per capitaUn projet de crowdfunding rapporte en moyenne 21.000 euros.
  • Là où le Belge investit en moyenne 0,11 euro, les Français passent à 1,20 euro, les Hollandais à 1,58 euro et les Britanniques atteignent même 1,78 euro.
  • KPMG a calculé que, dans les années à venir, le crowdfunding augmentera considérablement en Belgique : 4.170.000 euros en 2015 et 6.645.000 en 2016. La croissance est donc exponentielle, mais il n’est pas encore question de rattraper les pays voisins.

Cela bouge les derniers mois !

Les choses ont bien évolué en Belgique les derniers mois.

a) Côté plateformes et banques

  • En février 2014 : La plateforme française de crowdfunding (reward) Kiss Kiss Bank Bank, à laquelle bon nombre de belges faisaient déjà appel, débarque en Belgique.

  • De plateformes supplémentaires ou formules hybrides continuent à être créées, dont certaines ont pour vocation de soutenir l’économie locale comme BeFund et Crowd’in à Liège.

  • Certaines banques décident de ne pas rester en marge de cette évolution et concluent des partenariats avec des plateformes existantes ou créent elles-mêmes une plateforme. En effet, le crowdfunding représente une formidable opportunité pour les banques.  Il est bien connu que les belges préfèrent la sécurité (raison pour laquelle le crowdfunding est un peu à la traîne ici). Grâce à leur facteur « confiance », l’intervention d’une banque dans le processus peut rassurer quelque peu les investisseurs privés.
    Ainsi, en décembre 2014 :

    • La banque KBC lance Bolero, sa propre plateforme de Crowdfunding, exclusivement ciblée vers les clients KBC PME (non starter). La plateforme propose les 4 modèles possibles.
    • BNP Paribas Fortis, Keytrade Banque et la plateforme de Crowdfunding (equity) My Micro Invest concluent un partenariat.
  • Certaines plateformes ont décidé ou envisage de s’élargir vers d’autres modèles, par exemple de l’equity vers le lending et vice versa

b)  Côté cadre legal

  • En avril 2014 : le cadre législatif auquel les activités de Crowdfunding (equity & lending) sont soumises en Belgique est modifié.

    Le parlement fédéral a voté sur proposition du Ministre Geens une modification du cadre légal en vigueur pour le Crowdfunding (equity & lending). Désormais, le montant en dessous duquel une transaction de Crowdfunding n’entre pas dans la cadre de « l’appel public à l’épargne » passe de moins de 100.000 euro à moins de 300.000 euro. Cette évolution positive va néanmoins de pair avec une limitation du montant investi par crowdfunder à maximum 1.000 euro. Il y a donc du pour et du contre dans cet ‘assouplissement’ du cadre légal.

  • La sphère publique & politique (belge) se questionne quant à l’opportunité de prendre des mesures (notamment fiscales) pour stimuler le développement du crowdfunding

  • Sur le plan européen, le marché du crowdfunding est encore très fragmenté. De grandes différences existent entre les pays au niveau du cadre réglementaire et de l’implémentation du concept même de crowdfunding. Des initiatives pour améliorer la transparence et harmoniser les règlementations sont notamment suggérées et supportées par l’European Crowdfunding Network (ECN), une structure lancée en 2013 et qui chapeaute environ 700 membres dans le monde entier. Pour la 2e année d’affiliée, l’ECN a rassemblé les différentes règlementations en vigueur dans le monde dans un document téléchargeable sur son site web (édition 2014).

Quelques projets et entreprises bruxellois ayant eu recours au Crowdfunding

Impulse.brussels - l’agence bruxelloise pour l’entreprise -  accompagne notamment les entreprises dans leur recherche de financement. Plusieurs de ses clients ont déjà eu recours au crowdfunding :

  • via My Micro Invest : Intuitim, Belgi Beer, Domobios
  • via Kiss Kiss Bank Bank : Louis Le Sec, Co-oking, Champignon de Bruxelles
  • sans passer par une plateforme externe : Brussels Beer Project

 

Rodolphe d’Udekem d’Acoz, Conseiller Business & Finance, Impulse Brussels

A noter que cet article est centré sur les solutions de Crowdfunding liées à des projets à finalités économiques et à l’exclusion de plateformes centrées uniquement sur des activités culturelles et créatives (musique, bandes dessinées, cinéma, mode, etc).


Restez au courant

Rejoignez nos 25.000 abonnés et recevez gratuitement, toutes les deux semaines par mail, des articles de fond, des conseils pratiques, des portraits d’entrepreneur(e)s inspirant(e)s, des infos économiques, ainsi qu’un aperçu des séminaires à ne pas manquer et des événements de networking à Bruxelles.