Lancez-vous dans la Silver Economy !

1819.brussels

Tout le monde le sait : l’espérance de vie ne cesse d’augmenter. Avec une natalité est en berne et des baby-boomers qui arrivent doucement à l’âge de la pension, la conclusion est sans appel : la population vieillit ! A tel point qu’en 2060, 29,5% de la population européenne aura plus de 65 ans. Un marché à prendre donc, et cela ouvre des perspectives pour l’entreprenariat!

C’est tout le concept de la « Silver Economy », qui désigne l’ensemble des activités économiques liées aux personnes âgées. Comme ce nombre augmente, cela a un impact direct sur les retombées économiques liées à ce groupe d’utilisateurs dans des secteurs tels que le confort, l’autonomie et les loisirs. Le timing est donc parfait pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale argentée, mais attention, il y a certaines règles à respecter!

1. La personne âgée est plurielle

Tout d’abord, « la personne agée » est une notion aussi floue que « l’adulte ». Votre solution vise un public spécifique. Votre utilisateur idéal a-t-il 65 ans ou 85 ans? Vit-il chez lui, dans un service flat ou en institution? Est-il autonome ou dépendant? Se sent-il seul ou a-t-il encore une vie sociale bien remplie? Bref, autant de questions qui définissent « votre » personne âgée. Beaucoup de paramètres essentiels vont découler de cette cible : les canaux de vente et de communication bien sûr, mais surtout sur le développement de la solution elle-même, le client et le prix.

2. Qui est votre client

Si votre solution permet aux infirmières de soulever les personnes âgées plus facilement, vos clients vous semblent naturellement être les institutions de soins. Mais avez-vous pensé aux infirmières à domicile? L’écosystème de la personne âgée est complexe et regroupe énormément d’acteurs différents. Soyez attentifs à ne pas en omettre lors de votre analyse de marché.

Si votre utilisateur final est le sénior lui- même, il n’est pas pour autant votre client. Les personnes âgées n’ont pas toutes les mêmes ressources financières. Si la moyenne belge se situe autour des 1100€, celle-ci varie de 750€ pour les indépendant à 2300€ pour les fonctionnaires. Or c’est le montant des revenus qui détermine les dépenses possibles. De plus, pour les séniors vivant en institution, les frais sont souvent supérieurs aux revenus. Il est donc parfois nécessaire d’être créatif pour trouver le client, càd celui qui paie. Hôpitaux, maisons de repos, membres de la famille, mutualités, assurances ou même l’INAMI, la liste est longue…

Bien sûr, l’identification de votre client va impacter le Business Model et la longueur du cycle de vente. De plus, votre proposition de valeur devra évoluer. Par exemple, pour l’achat d’un nouveau type de siège, le confort du sénior peut être la valeur ajoutée principale pour la famille, alors que la sécurité sera la valeur ajoutée principale pour une assurance.

3.  Développer, c’est tester

Beaucoup de clichés circulent à propos des séniors. Or, pour développer une solution dédiée, il faut se détacher de ceux-ci et aller analyser les besoins réels. Sortez de chez vous discuter avec votre public cible (d’où l’importance de l’avoir défini en amont). Identifiez leurs besoins, leurs attentes, leur capacité à adhérer à de nouvelles solutions, analysez leur mode de vie, …  Oubliez les idées du type «Les séniors ne savent pas se servir d’un smartphone» ou « Ils voudraient surement que qu’on leur livre leurs courses», car elles sont souvent fausses. 

Il est également primordial de continuer à confronter votre solution aux séniors ciblés en cours de développement, car ce sont souvent des détails qui impactent l’acceptation de la solution. Quand le développement technologique prend le dessus durant le développement, il arrive trop souvent que la solution, bien que très efficace sur papier, ne trouve pas son public à cause du design par exemple (trop compliqué à utiliser, se basant sur des outils que le sénior ne connait pas,…).

Une des difficultés que vous rencontrerez est d’entrer en contact avec votre public cible. S’il est assez facile de s’adresser à des séniors actifs, c’est plus difficile en ce qui concerne les personnes en institution ou le personnel soignant. Tentez alors de vous associer à une maison de repos ou à un service de gériatrie par exemple. Beaucoup d’entre elles ont besoin de solutions innovantes. Si votre de proposition de valeur les intéressent, elles pourraient vouloir la tester avec leur personnel ou résidents.

4.  Personne ne veut être catalogué comme « vieux »

Nous n’aimons pas être mis devant le fait accompli que nos capacités diminuent. C’est un paramètre important à prendre en compte si vous développez une solution visant directement pour les personnes âgées. Exit les GSMs à grosses touches. Même si le sénior a besoin d’une solution adaptée, il ne veut pas être stigmatisé. Une solution répondant à tous les besoins du sénior, mais dont l’utilisation le rendrait « vieux » aux yeux des autres  (et aux siens propres) sera vite évincée de sa liste de courses. Cela fait donc partie des points à tester durant votre développement.

A ces quatre points s’ajoutent évidemment beaucoup d’autres auxquels un entrepreneur doit faire attention. Mais avec un marché estimé à 7000 milliards de dollars, trouver les solutions innovantes de demain est une opportunité à ne pas rater !

Besoin de plus d’infos ?

Le cluster lifetech.brussels peut vous informer et vous accompagner dans le lancement de projets innovants dans la Silver Economy.

Restez au courant

Rejoignez nos 25.000 abonnés et recevez gratuitement, toutes les deux semaines par mail, des articles de fond, des conseils pratiques, des portraits d’entrepreneur(e)s inspirant(e)s, des infos économiques, ainsi qu’un aperçu des séminaires à ne pas manquer et des événements de networking à Bruxelles.