Le comptable, au-delà des obligations légales, un conseiller

Le comptable, au-delà des obligations légales, un conseiller

1819.brussels

Le comptable, au-delà d’actes techniques comme l’établissement d’un plan financier, est le plus fidèle conseiller d’un entrepreneur.  Mais que pouvez-vous en attendre ?

Avant de définir ce que l’on peut attendre d’un professionnel du chiffre, une question préliminaire que nous posent de nombreux créateurs d’entreprise : suis-je « obligé » de recourir aux services d’un comptable ?

En fait, si vous vous posez la question, le plus probable est qu’elle ne se pose pas vraiment et que vous avez, comme l’immense majorité des entrepreneurs, besoin des services d’un bon comptable.

Si votre formation vous a préparé à ce que devrait être la gestion comptable d’une entreprise, sachez tout de même que la pratique de tout cela au quotidien est un vrai métier qui, au-delà des compétences techniques, requiert une véritable expérience de terrain.  Et quand bien-même vous seriez en mesure de gérer cela parfaitement, êtes-vous certain de vouloir y consacrer une portion considérable de votre précieux temps ?

Un monopole légal

Partant donc de l’hypothèse que vous aurez besoin d’un comptable, notez que ce métier ne peut être exercé au profit de tiers (vous par exemple) que par des professionnels agréés (IPCF, IEC, IRE).

Au minimum, vous devrez attendre d’un professionnel du chiffre qu’il gère l’ensemble des écritures comptables légalement requises ; qu’il détermine vos résultats et établisse, en temps et heure et dans les formes, vos  comptes annuels. Il lui reviendra également de vous assister et vous conseiller dans l'accomplissement de vos obligations fiscales.

Voilà le minimum, et s’il s’en acquitte correctement, ce sera déjà pas mal.  Mais le métier évolue et un « bon » comptable ira bien au-delà…

Les autres missions du comptable(-fiscaliste) agréé

  • Pour commencer, votre comptable peut vous assister et vous conseiller lors de la création de votre entreprise, établir votre plan financier, vous assister dans la recherche de financements et subsides, vous aider à valoriser une entreprise (précieux si vous vous orientez vers une reprise)…  Notez au passage qu’une première consultation est en principe gratuite (prodeo).

    Que cela ne vous dispense bien sûr pas de mener une réflexion beaucoup plus complète, incluant une étude de marché, la définition d’une stratégie de commercialisation, une politique R&D, et tant d’autres choses... Tout cela, c’est votre travail ! Mais rassurez-vous, il existe de nombreux organismes, publics ou privés, disposés à vous accompagner dans cette démarche.  Retrouvez-les ici !

  • Le professionnel du chiffre vous assiste bien sûr dans l'accomplissement de toutes vos obligations fiscales, mais vous pourrez même le mandater pour qu’il vous représente auprès des autorités, par exemple dans le cadre d’un contrôle TVA.  C’est là que vous constaterez que des années de pratique peuvent s’avérer payantes…

  • Il vous informe au sujet du droit des sociétés et ses applications en matière de création, de transformation, de fusion, de scission de sociétés...

  • Les obligations sociales sont nombreuses et ne pas les respecter conduit souvent à lourdes pénalités.  O.N.S.S., mutuelles, assurances, déclarations à faire, retenues à opérer, cotisations à payer, documents, certificats et attestations à délivrer, affiliations à assurer, échéances à respecter... Le comptable suit attentivement l’évolution du droit social et peut donc vous fournir des informations et des conseils pratiques. 

    Ceci étant, ces matières sont suffisamment techniques et vastes pour justifier qu’on les confie à des experts spécifiques, raison pour laquelle la plupart des comptables collaboreront avec un secrétariat social d’employeurs qui, de toute façon, dispose également d’un monopole légal sur l’accomplissement de la plupart de ces tâches.

  • Les obligations urbanistiques et environnementales sont aussi multiples que complexes et les ignorer peut avoir des conséquences dramatiques. Cela va d'une simple amende jusqu'à l'obligation de démolir un immeuble à peine achevé...  Ici aussi, l'assistance d'un comptable agréé peut aider à éviter des erreurs ou des négligences parfois fatales. 

    Mais attention, on s’éloigne ici du cœur de métier du comptable.  Un bon comptable vous mettra en garde lorsqu’il en verra l’opportunité, mais il ne fera pas le job d’un bureau d’études environnemental ou d’un avocat spécialisé en urbanisme.  Chacun son métier !

  • Comment passer harmonieusement d'une entreprise individuelle à une société ?  Vous avez choisi de démarrer en tant qu’indépendant, mais à partir de quand sera-t-il préférable de créer votre SPRL (ou quelle que soit la forme de société que vous jugerez adaptée) ?  Nul n’est mieux placé que votre comptable pour répondre à cette question.

  • Comment préparer la transmission de votre entreprise ? De récentes études montrent que le comptable est généralement le premier confident de l’entrepreneur.  Et de fait, il sera très bien placé pour intervenir sur des aspects techniques tels que la valorisation ou l’évaluation des conséquences fiscales de l’opération…

    Mais attention, la transmission est un processus complexe qui implique souvent des aspects que le comptable pourra plus difficilement prendre en charge.  Un exemple ?  Quand et comment annoncer à votre personnel ou à vos clients que vous êtes sur le point de transmettre ?  Délicat, non ?  Comment trouver LE bon repreneur ?  Celui qui assurera la pérennité de ce que vous avez créé, tout en veillant à ce que vous en obteniez le juste prix ?

    Il existe de nombreux consultants et intermédiaires spécialisés.  Hélas ici, pas de protection du titre.  Il y a donc à boire et à manger… 

  • Il peut enfin (même si on n’a pas trop envie d’en entendre parler) officier comme liquidateur de sociétés, commissaire au sursis et administrateur provisoire… Notez également que si votre entreprise est en difficultés, il serait dommage de ne pas demander un coup de pouce au Centre pour Entreprises en Difficultés (Ced).

  • Le comptable, un conseiller en gestion ?  Avec le temps, un comptable peut acquérir, au travers de ses clients, une expérience précieuse en matière de gestion d’entreprise. Management, stratégie… on est loin de la « simple » tenue des comptes !  Certains comptables deviendront de véritables coaches, d’autres non.  A la limite, ce n’est pas trop grave, du moment que vous savez précisément ce que pouvez en attendre.

En résumé…

Les compétences d'un comptable-fiscaliste agréé sont multiples et très variées. Au-delà des activités comptables et fiscales, sa plus-value consiste en son rôle de conseiller en droit des sociétés, en droit social et en gestion d'entreprises. Il accompagne l'entreprise tout au long de son développement. Pour cela, il doit maîtriser des règles, des techniques et des législations en évolution constante et veiller à la continuité et à la cohérence des informations dont ses clients ont besoin pour progresser. Il joue donc un rôle essentiel dans la vie économique de l'entreprise.

  • Prévention et pédagogie

    Vous l’aurez compris, le rôle d’un professionnel du chiffre ne se résume pas à une série d’actes techniques.  Il est de son devoir de vous mettre en garde s'il se rend compte que telle ou telle initiative peut entraîner des conséquences dommageables pour votre entreprise et ses travailleurs. Idéalement, il prendra le temps, en collaboration avec son client, de mettre en place des "clignotants d'alerte" afin de pouvoir, au moindre écart, réagir sans tarder pour corriger le tir. Par exemple : non-paiement de la TVA et de l'ONSS, baisse de la production, baisse du chiffre d'affaires, retard dans les livraisons, retard de paiement des clients...

  • Confiance et transparence

    La transparence doit être de mise. Il est indispensable que le professionnel du chiffre apprenne (si nécessaire) à son client à lire et à comprendre un bilan et un compte de résultats, à utiliser des tableaux de bord de gestion... 

    N’oubliez pas, le comptable est là pour vous conseiller, pas pour prendre les décisions à votre place !  Si vous voulez, et on ne saurait trop vous y encourager, rester aux commandes de votre propre entreprise, mieux vaut vous approprier ces concepts.  Ce n’est pas sans raison que les « connaissances de gestion de base » comprennent un important volet comptable.  Le but n’est pas de faire de vous des experts en comptabilité, mais de vous permettre de discuter de manière constructive avec votre comptable et de prendre vos décisions en connaissance de cause.

    Et puisque les relations entre le professionnel du chiffre et son client doivent être claires, précises et transparentes, l'IPCF recommande fortement à ses membres de signer une lettre de mission avec leurs clients, qui fixera par écrit les obligations contractuelles réciproques.

    Pour accomplir correctement sa mission, le professionnel du chiffre, comme tout autre entrepreneur, doit connaître les limites de ses compétences, et savoir s’entourer de partenaires compétents (secrétariats sociaux, avocats, notaires…).

Plus d’infos ? 

IPCF (Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés, IEC (Institut des Experts Comptables et des Conseils Fiscaux), IRE (Institut des Réviseurs d’Entreprise)

Restez au courant

Rejoignez nos 25.000 abonnés et recevez gratuitement, toutes les deux semaines par mail, des articles de fond, des conseils pratiques, des portraits d’entrepreneur(e)s inspirant(e)s, des infos économiques, ainsi qu’un aperçu des séminaires à ne pas manquer et des événements de networking à Bruxelles.