Le Pack Energie: un coaching énergétique gratuit pour les PME et le non-marchand

Le Pack Energie: un coaching énergétique gratuit pour les PME et le non-marchand

1819.brussels

Afin de diminuer la consommation d'énergie primaire du secteur non-marchand et des PME et leur permettre de contribuer à la diminution des émissions de gaz à effet de serre en Région bruxelloise, le gouvernement bruxellois avait lancé en 2017 les « Pack énergie ». Petit rappel des principes.

De quoi parle-t-on?

Le "Pack Energie" vise à soutenir la mise en œuvre de mesures énergétiques concrètes dans le cadre de l’aménagement ou de la rénovation de bâtiments. Quel que soit le stade de réflexion ou d’action, le projet veut inviter les responsables des entreprises et leur personnel à mettre en place différentes mesures énergétiques croissantes, dès aujourd’hui, dans une perspective de gestion rationnelle de l’énergie, à long terme.

Des équipes de conseillers "énergie" apportent leur expertise grâce l'organisation de visites in situ, d’un suivi et d’un coaching énergétique. Il s’agit d’aider à identifier les priorités d’investissement ainsi qu’à saisir les bonnes opportunités. Outre ce coaching, les PME pourront également bénéficier d'aides financières substantielles allouées à la réalisation des travaux économiseurs d'énergie identifiés comme prioritaires. Les conseillers du Pack auront pour but de faciliter les démarches, mettre en relation l'entreprise avec des experts et des professionnels reconnus et s'assurer du bon déroulement des investissements.

A Bruxelles, 4 organismes, représentant les secteurs des entreprises et du non-marchand, peuvent proposer ce Pack Energie. Il s'agit de:

  • BRUXEO (en association temporaire avec l’ICEDD),
  • UCM
  • Santhea
  • Comeos

Consultez l'organisation qui correspond à votre profil:

Une approche en 3 étapes

Les conseillers énergie offrent leur expertise gratuite en 3 étapes :

  • une visite en entreprise pour évaluer le potentiel d'économie d'énergie,
  • un accompagnement pour les rénovations à effectuer
  • un soutien à l'investissement.

De plus, un suivi des consommations énergétiques sera proposé afin de constater les économies d'énergie réalisées.

2019 : un soutien à l'investissement complémentaire

La nouveauté pour cette année 2019 est la mise en place d'un mécanisme de soutien à l'investissement, complémentaire aux offres existantes de primes et de déductions fiscales. Le plafond de subsides, par demandeur sur une année, peut s'élever jusqu'à 15.000 €. Les postes éligibles vont de l'éclairage à la récupération de chaleur, en passant par la climatisation ou l'isolation. Par contre, sont exclus du soutien à l'investissement tous les postes déjà couverts par les primes énergie et tous les postes relatifs aux énergies renouvelables (tels que la pose de panneaux photovoltaïques).

Par ailleurs, les entreprises bruxelloises peuvent toujours compter sur les primes de Bruxelles Environnement qui disposent en 2019 d'un budget global de 18 millions d'euros pour la rénovation énergétique. Toute personne physique ou morale (propriétaire, gestionnaire ou locataire) possédant ou occupant un bien immobilier en Région de Bruxelles-Capitale peut demander une Prime Energie.

Un exemple de réussite

Partisan du développement durable et d'une « cuisine fraîcheur » de proximité, Glen Ramaekers, le chef du restaurant Humphrey, a étendu sa réflexion aux économies d'énergie. Il a bénéficié pour cela d'un accompagnement sur mesure. « Ce qui est agréable avec cet accompagnement, c'est que l'analyse de perte énergétique a été entièrement gratuite. Ce n'est en effet pas facile pour un restaurant de faire ce genre de dépenses. »

Victoria Whitelaw, conseillère énergie à l'UCM, a évalué la baisse de consommation possible dans ce restaurant :

  • Au moins 50 % pour l'éclairage, notamment grâce au remplacement des ampoules énergivores et le placement d'automatismes qui permettent d'éviter les consommations inutiles.
  • Au moins 30 % par le remplacement de l'ancienne chaudière par une chaudière gaz à condensation.
  • Au moins 30 % pour la production de froid, grâce à un entretien correct et une façon rationnelle d'utiliser les appareils.

Le Humphrey a ainsi limité le volume des produits stockés en chambre froide, amélioré l'éclairage et l'isolation, et installé des plaques à induction, une hotte à vitesse variable et des fours combi à vapeur. « Au bilan, nous avons déjà 35 % de consommation d'énergie en moins », confirme le chef Ramaekers. « Actuellement, il y a une tendance pour la consommation locale des produits mais aucun travail n'est fait sur les pertes énergétiques dans la restauration. Nous avons envie de montrer que c'est également possible pour un restaurant de faire des économies d'énergie pour l'environnement. »

Pour trouver un conseiller énergie :

N’hésitez pas à faire appel à ce service gratuit !

Sources: Infographie Environnement.brussels UCMMagazine.be

 

Restez au courant

Rejoignez nos 25.000 abonnés et recevez gratuitement, toutes les deux semaines par mail, des articles de fond, des conseils pratiques, des portraits d’entrepreneur(e)s inspirant(e)s, des infos économiques, ainsi qu’un aperçu des séminaires à ne pas manquer et des événements de networking à Bruxelles.