Que nous réserve (encore) la technologie dans les années à venir ?

1819.brussels

Depuis de nombreuses années, les technologies de l’information et de la communication se développent à une vitesse folle et s’immiscent, parfois à notre insu, dans le quotidien de chacun. Grâce au progrès des réseaux en fibres optiques, des réseaux mobiles « haut débit » (4G/5G) et maintenant des nouveaux réseaux « bas débit » (Lora, Sigfox, Qowisio, etc), internet est désormais disponible partout et tout le temps. Beaucoup d’activités profitent déjà pleinement de cette infrastructure (e-commerce, les réseaux sociaux, les logiciels en tant que service, etc) tandis que d’autres sont encore dans des phases plus expérimentales. Afin de comprendre les changements qui vont nous impacter à court et moyen terme, voici le top 5 des technologies émergentes qui influenceront le plus nos habitudes.

L'internet of Everything

La première, la plus importante économiquement, est non pas « l’Internet of Thing - IoT », (concept inventé par Kevin Ashton en 2000) mais « l’Internet of Everything - IoE » (concept mis à jour par Cisco en 2013) qui englobe un internet multidimensionnel. Autrement dit, cela signifie qu’il y aura une convergence forte et en temps réel entre les objets (IoT) et les données, les processus et les personnes (IoE).

Actuellement, les montres, les voitures, les pèse-personnes, les bracelets, les brosses à dent, les réfrigérateurs, les thermostats, se connectent déjà à nos smartphones. Mais avec l’arrivée de l’IoE, les possibilités vont encore être amplifiées.

Les analystes ont déjà décrit leurs nombreux bénéfices : la réduction des coûts de fabrication, des frais liés à la vente et aux dépenses administratives, des délais de commercialisation, des coûts énergétiques, des embouteillages ainsi que l’optimisation de l’expérience client, de l’efficacité des travailleurs, du rendement des carburants, etc. D’après l’étude de Cisco, le marché de « IoE » devrait peser 14,4 trillions de dollars en 2022. Le cabinet Gartner, quant à lui, estime que nous aurons 6,3 milliards d’objets connectés en 2016 et plus de 20 milliards en 2020.

La voiture autonome

La seconde, la plus effrayante, est la voiture autonome. Grâce à une série de capteurs (caméra, radar, lidar, odomètre, télémètre, etc) et des algorithmes de traitement, votre véhicule pourra se conduire en toute autonomie dans le trafic réel, sur tous les terrains et cela, sans l'intervention d’un chauffeur.

Ce rêve, qui a déjà été amorcé dans les années 70, deviendrait, bientôt une réalité. Presque tous les grands groupes automobiles (Toyota, PSA, General Motors, Nissan, Mercedes, etc) ainsi que les 3 entreprises les plus innovantes dans le monde (selon le Boston Consulting Group) à savoir Apple, Google et Tesla, investissent massivement dans cette intelligence artificielle. Malgré cet engouement, de nombreuses questions éthiques vont devoir être soulevées et débattues. Par exemple, que faire si un enfant surgit devant son véhicule ? Le percuter ou rentrer dans la voiture en stationnement? En tout cas, vu les 500 milliards de dollars de revenu estimé par le cabinet ATKearney, cette technologie devra cohabiter avec le bon sens. 

La réalité virtuelle

La troisième, la plus déroutante, est la réalité virtuelle. Cette technologie est en train de révolutionner notre perception du monde réel tant au niveau professionnel (industrie, santé, automobile, tourisme, etc) qu’au niveau du divertissement (jeux, cinéma, musique, art, etc).

Grâce au simple port d’un casque et de ses accessoires sensoriels, vous allez pouvoir vivre des expériences immersives très fortes comme piloter un robot sur la lune ou encore tester virtuellement sa prochaine voiture.

Le cabinet d’étude Trendforce s’attend à ce que cette industrie vendrait 14 millions de casques en 2016 et 38 millions en 2020. Un beau marché estimé à 70 milliards de dollars. Les premiers casques « grand public » (Oculus Rift, PlayStation VR, HTC Vive, Microsoft HoloLens) sortiront pour la plupart en 2016.

L'impression 3D

La quatrième, la plus tangible, est l'adoption de l’impression 3D. Cette technologie va toucher de nombreux secteurs : l'aéronautique, l’industrie, le médicale, l'automobile, l'énergie, le militaire, la joaillerie, etc. D’ici 2020, ce marché devrait s’accroitre de 25% annuellement et atteindre 17,2 milliards de dollars (selon le rapport d’A.T. Kearney). Selon Gartner, il devrait se vendre 500 000 imprimantes 3D en 2016. 

Le drone

Et la cinquième, la plus réglementée, est le drone. Sur le marché militaire, le drone devrait peser plus de 10,4 milliards de dollars d'ici 2024 (selon une étude de IHS-Jane's) et plus de 1 milliard de dollars en 2018 sur le marché des consommateurs (selon une étude de la “Consumer Electronics Association”).

Comme autres technologies, on peut aussi citer les batteries domestiques, l’apprentissage automatique (comme Watson d’IBM), l’ordinateur quantique de Google (100 millions de fois plus puissant qu'un PC), etc.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’avec toutes ces avancées, le monde d’aujourd’hui va connaître des changements structurels, organisationnels et sociétaux d’une ampleur considérable. Ce serait également une immense opportunité pour notre économie. Néanmoins, pour contrôler cette soif d’innovation, il faudra incontestablement compter sur ces 2 maîtres-mots : la régulation et la raison.

Jonathan Baeyens, ICT market analyst @impulse.brussels

Restez au courant

Rejoignez nos 25.000 abonnés et recevez gratuitement, toutes les deux semaines par mail, des articles de fond, des conseils pratiques, des portraits d’entrepreneur(e)s inspirant(e)s, des infos économiques, ainsi qu’un aperçu des séminaires à ne pas manquer et des événements de networking à Bruxelles.