Prospecter à l'étranger

Dernière modification:

Dimanche 3 novembre 2019

La prospection commerciale implique bien souvent des déplacements physiques, qui s’avèrent tout de suite bien plus onéreux lorsqu’il s’agit de voyager à l’étranger. Ce qui est visé ici, ce sont donc essentiellement les frais d'hébergement et de voyage effectués à l'étranger (en vue de développer l’activité sur les marchés concernés bien entendu).

Cette aide est en principe réservée à des voyages de prospection hors Union Européenne, mais une exception est prévue pour les starters, qui pourront également se voir octroyer une aide pour des voyages au sein même de l’UE.

Les dépenses relatives à l'assistance d'un expert pour prospecter ces marchés sont également prises en compte, de même que les frais administratifs liés à l'enregistrement, à l'homologation et à la certification sur les marchés étrangers (à l'exclusion des frais d'homologation et de certification en tant que tels).

L’intervention s’élève à 50% (voire 75% dans certains cas) des dépenses éligibles, avec un maximum de 5 interventions et de 12.500€ par an.

Une fiche détaillée est à votre disposition dans notre outil« subsides et financements », de même que sur le site de Bruxelles Economie et Emploi.

Restez au courant

Rejoignez nos 29.000 abonnés et recevez gratuitement, toutes les deux semaines par mail, des articles de fond, des conseils pratiques, des portraits d’entrepreneur(e)s inspirant(e)s, des infos économiques, ainsi qu’un aperçu des séminaires à ne pas manquer et des événements de networking à Bruxelles.