Comment savoir si votre idée de startup est la bonne sans perdre de temps ni d’argent ? Découvrez le Minimum Viable Product (MVP) !

Start-up: Tester votre idée sans perdre de l'argent ni de temps avec le Minimum Viable Product (MVP)

1819.brussels

Dans cet article on vous explique comment éviter de créer quelque chose qui n’intéresse personne grâce au Minimum Viable Product (MVP). Le MVP est une manière de tester votre idée rapidement sans aucun développement technique du produit. On vous explique son importance et on vous donne des exemples de cas concrets d’entreprises que vous connaissez tous.

Des exemples célèbres de MVP

Saviez-vous que pour débuter, les fondateurs de Airbnb louaient leur propre chambre ? Que Dropbox a démarré sur base d’une simple vidéo explicative ? Ou encore que le fondateur de Netflix achetait des films qu’il louait à ses amis ? Si, si, c’est vrai.

Spotify quant à lui n’a pas créé le streaming audio en un jour. Ses créateurs ont simplement commencé par créer des radios que les gens pouvaient sauvegarder.
Rappelez-vous aussi de Twitter : au début les utilisateurs envoyaient des SMS qui s’affichaient sur la plateforme et les autres utilisateurs répondaient par SMS aussi. Un dernier exemple est celui de Zappos, la plateforme de vente de chaussures en ligne. Son fondateur prenait des photos dans le magasin de chaussures au bas de chez lui et les mettait en vente sur son site. Dès qu’une paire était achetée, il allait l’acheter dans le magasin en question, et les livrait lui-même. Une bonne manière de valider son idée, non ?

Le MVP, qu’est-ce que c’est ?

Le MVP est une représentation de votre produit qui a pour but de le tester auprès de votre public cible. Le MVP intervient donc à un stade où il n’y a aucun réel développement du produit, et où il s’agit simplement tester rapidement une idée et d’obtenir les feedbacks des potentiels acheteurs.

Plus tôt c’est fait, mieux c’est. En effet, le but est de ne perdre ni de temps ni d’argent à développer un produit dont personne n’aurait besoin,et de s’assurer de construire quelque chose qui intéresse réellement la cible. Le MVP se montre donc uniquement à des clients potentiels dans le but d’obtenir des remarques constructives pour la suite.

Les retours récoltés permettent de faire des modifications sur l’idée et le produit. Ces modifications sont à leur tour testées, et conservées ou non selon les résultats des tests. Chacun de ces tests sert en fait à valider ou invalider certaines hypothèses essentielles au développement d’une idée. En fonction des résultats et des feedbacks, l’idée est conservée, légèrement modifiée, carrément changée - on parle alors de pivot – ou tout simplement abandonnée.

Le MVP sert à donc minimiser les risques en se concentrant sur ce que le consommateur veut réellement. Voici un petit dessin qui vaut sans doute mieux qu’un long discours :

croquis MVP

Ce petit croquis permet de se rendre compte à quel point il faut écouter les besoins de son client pour construire son produit. Sur la première ligne on observe le processus de création d’un produit fini, la voiture. Vous voyez là seulement comment on arrive à la voiture terminée. Sur la deuxième ligne on observe un processus d’itérations basé sur ce que le client veut vraiment : se déplacer. Une première idée est exposée aux clients potentiels – le skate board – qui, grâce à leurs commentaires, permet de comprendre qu’en fait, beaucoup préféreraient plus de stabilité. Du coup, on leur propose la trottinette. Face à cela, les intéressés disent qu’ils voudraient pouvoir aller plus vite… La trottinette se transforme donc en vélo. Oui mais… si il pleut ? Et c’est là que la voiture naît. Le processus ici consiste à proposer au client une fonctionnalité minimale, qui est améliorée à chaque fois selon les feedbacks.

En résumé, voici les points positifs du MVP :  

  • Il permet de mettre l’ensemble de l’équipe sur la même longueur d’ondes en ce qui concerne la construction du produit, son apparence et son fonctionnement.
  • Il permet de recevoir des réponses impartiales de clients potentiels.
  • Il permet de tester rapidement une idée sans développement long et coûteux du produit.
  • Il peut aider à obtenir un financement sans dépenser quoi que ce soit au préalable.

3 conseils pour concevoir un bon MVP

Restez simple

Lorsque vous développez votre MVP, n’oubliez pas de vous focaliser sur les avantages qu’offre votre produit et sur l’aspect technique ou technologique. Vous pouvez simplement décrire ses fonctionnalités.

Soyez clair

Le client doit comprendre clairement la proposition de valeur grâce à votre MVP. Ne vous perdez donc pas dans les détails, mettez plutôt en avant les principaux atouts du produit susceptibles de plaire au client.

Soyez adapté

Choisissez la forme que va prendre votre MVP en fonction de votre public cible. Par exemple, un public qui a tendance à être pressé préfèrera regarder une courte vidéo plutôt qu’une présentation Powerpoint. Un public jeune n’aura aucun mal à vous suivre sur un smartphone alors que pour un public plus âgé une brochure imprimée pourrait mieux convenir. Nous allons voir à présent toutes les différentes formes plus en détails.

Concrètement, comment faire pour créer mon MVP ?

Il existe de nombreuses formes de MVP. En voici les principales, ainsi que les outils qui vous permettront de les créer facilement.

1. Le dessin 

Une première manière de faire très simple est de dessiner votre produit ou le processus du service que vous offrez. Une simple représentation graphique de votre idée suffit à s’imaginer comment votre produit fonctionnerait. Pour cela, il vous suffit d’une feuille de papier et d’un crayon, rien de plus simple.

2. La représentation/infographie 

Il est évidemment conseillé de retravailler son dessin avec des outils informatiques. Pas besoin d’être graphiste pour le faire, vous pouvez utiliser les outils suivants : Powerpoint, Pdf, Canva,  visual.ly, Visme ou crello.

3. La landing page 

Une landing page peut vous aider à récolter des leads de manière efficace grâce un formulaire d’inscription. Aujourd’hui, pas besoin d’être un développeur pour le faire ! Voici une liste non exhaustive de sites qui vous permettent de réaliser votre landing page gratuitement, ou presque : wixstrikingly, launchrock, orson.io, instapage ou sitew.

4. La vidéo démo

Une vidéo permet d’expliquer de manière visuelle avec ou sans voix off votre produit. Une vidéo simple et claire permet de faire comprendre le concept en quelques secondes.

Les outils que vous pouvez utiliser ? Animaker, Filmora,  pitchy ou explee.

5. Le prototype 3D 

Une impression 3D se fait assez rapidement aujourd’hui pour des petits produits. C’est un outil très pratique qui vous permet de donner en main à votre client ce que sera votre produit.

Les services d’impression 3D sont de plus en plus accessibles : la plupart du temps vous pouvez simplement envoyer votre fichier en ligne et recevoir chez vous la version 3D. A Bruxelles, vous pouvez vous adresser à des fablabs ou Unic3D.

6. La conciergerie 

L’idée de la conciergerie est de faire croire que les choses sont automatisées alors qu’elles ne le sont pas. On fait manuellement quelque chose qu’on pense être automatisé. Le processus automatisé coûtant souvent cher, on teste l’idée en faisant tout à la main. C’est une bonne manière de comprendre toutes les étapes du processus.

7. La création de contenu

Vous pouvez créer un blog dans lequel vous publiez du contenu relatif à votre produit ou ce qu’il sera une fois créé. Cela peut susciter de l’intérêt et recevoir des commentaires, qui aideront au développement du produit. 

Le MVP, la solution pour se lancer à moindre risque

Vous l’aurez compris, le MVP est indispensable dans le lancement d’une idée. Il permet de la tester sans avoir à la développer réellement et d’ainsi récolter des feedbacks de votre public cible permettant de construire un produit axé sur les besoins du client. Construire une MVP se fait rapidement et simplement, grâce à de nombreux outils gratuits et faciles à utiliser.

Restez au courant

Rejoignez nos 25.000 abonnés et recevez gratuitement, toutes les deux semaines par mail, des articles de fond, des conseils pratiques, des portraits d’entrepreneur(e)s inspirant(e)s, des infos économiques, ainsi qu’un aperçu des séminaires à ne pas manquer et des événements de networking à Bruxelles.